mercredi 13 mars 2013

S comme Séries

'Les séries, sérigolo.' 'Les séries, séridicule.' 'Les séries, sérien.' 'Les séries, sérépétitif.'

Autant d'idées reçues qui font sérisser les poils des bras. Il est temps, mes chéris, de parler sérieusement des séries. Pour réduire un peu la taille de l'entreprise, il s'agira seulement ici des séries dites 'épisodiques', c'est-à-dire qu'on peut lire dans n'importe quel ordre, et dont il peut y en avoir deux ou trois ou cinquante livres - type Club des Cinq. La série type Harry Potter, dont les livres forment une intrigue générale cohérente, n'est pas l'objet de ce billet. 
oui, j'illustre cet article...

La série épisodique a longtemps été un type de littérature jeunesse très déconsidéré... et pourtant absolument omniprésent. Le concept de série, en littérature, est vieux comme le monde (à 4,5 milliards d'années près). Charles Dickens, Eugène Sue, Arthur Conan Doyle et leurs poteaux publiaient leurs romans et nouvelles en feuilletons dans des journaux - pas forcément des séries, mais c'est un principe similaire.

De nos jours, les éditeurs ont constamment soif de séries. Car les lecteurs en raffolent. Mais voilà, môsieur-mâdâme le/la critique littéraire n'aime généralement pas ça. Et pourquoi donc?

...avec mes séries préférées...
Eh bien, malgré cet héritage que l'on trouve prestigieux a posteriori, la série a toujours souffert d'un manque de prestige. Le roman-feuilleton n'avait pas à l'époque de titre de noblesse. Et puis au XIXe siècle, les séries pour enfants ou adolescents, c'étaient surtout des livres très cheap, dont les si bien nommés penny dreadful, des 'Chair de Poule' avant l'heure: des aventures extraordinaires et fabuleusement formulaïques imprimées sur papier tout moche et vendus au modeste coût - vous l'aurez deviné - d'un penny aux ados désoeuvrés pré-YouPorn.

...parce que c'est mon blog...
L'adulte intellectuel et cultivé reniflait déjà avec dédain, mais ça ne s'est pas arrangé avec l'arrivée des comics, des interminables séries de science-fiction, des 'livres dont vous êtes le héros', et maintenant des webcomics, ces formes de littérature sérialisée qui à leurs époques respectives ont été perçues comme de la sous-littérature - surtout qu'en parallèle, la littérature dite 'de gare', pour adultes, est également très portée sur la sérialisation.

Le 'one-shot', que ce soit pour enfants ou pour adultes, est toujours apparu comme plus évolué, plus développé, peut-être parce qu'il contient sa fin en lui-même. Il se suffit à lui tout seul; il ne dépend pas de ces procédés vulgaires que sont le cliffhanger, le comique de répétition, le pathos, le 'la suite au prochain numéro', et surtout la séduction du lecteur comme consommateur vorace, boulimique, incapable de résister à l'envie d'acheter le prochain bouquin de l'interminable série.

...et jfais cque jveux d'abord...
Un certain nombre de critiques en littérature jeunesse trouvent que les séries pour enfants ont plusieurs caractéristiques qui empêchent, selon eux, une expérience de lecture sophistiquée chez le jeune lecteur:
  • l'identification, aïe! avec un ou plusieurs personnages récurrents.
  • l'habituation à des intrigues de forme similaire et répétitive, généralement caractérisés par un retour au statu quo
  • l'alternance constante d'énigmes et de solutions (une intrigue secondaire est résolue, une nouvelle se prépare), faisant de la lecture une activité à 'remplir' de mini-manques et de mini-gratifications
  • un manque d'audace et de créativité esthétique et idéologique
  • une lecture de la vitesse et de l'immédiateté
  • une dépendance extrême quant aux demandes du lectorat, du marché, et de nos jours de la télévision et du cinéma
  • une accoutumance, pour l'enfant-lecteur, à une consommation excessive de produits culturels superficiellement satisfaisants mais 'vides' de sens
  • une absorption totale du lecteur dans une littérature 'échappatoire', du domaine du fantasme
...alors ferme ta boîte à camembert
Et j'en passe. Elle est habillée pour l'hiver, là, la série...

J'espère que vous vous doutez bien que je ne pense pas un mot de tout cela (après la thèse, l'antithèse). Enorme consommatrice de séries étant petite, et maintenant auteure de série avec ma petite Sesame Seade anglaise qui est entre Fantômette et Fifi, je pense que les séries ont eu une influence incommensurable sur mon développement en tant que lectrice et écrivain.

La beauté de la série, c'est par-dessus tout l'équilibre au millimètre entre répétition et changement, entre confort et surprise. C'est ce qui fait qu'on détesterait que le Petit Nicolas ait une petite soeur, car ça changerait toute la configuration de la famille, mais qu'on est bien contents qu'il retrouve de temps à autre Marie-Edwige pour pimenter ce microcosme de petits mecs.

C'est ce qui fait que Ficelle et Boulotte sont exactement les mêmes, mais parfaitement renouvelées, à chaque nouveau Fantômette. Elles nous font hurler de rire avec de nouvelles blagues, mais leur caractère propre reste inchangé. C'est ce qui fait que Babar et sa famille peuvent partir pour de longues aventures exotiques, mais qu'on sait toujours qu'ils vont rentrer à Célesteville sans rencontrer les éléphants-caillera de Gilles Bachelet. C'est l'alliance littéraire du danger et de la sécurité.

Et en tant que lecteur et auteur-en-formation, ça n'a pas de prix. La série permet d'observer avec une précision extrême les degrés possibles de variations linguistiques, narratives, esthétiques, etc., et leur interaction avec les éléments 'stables'. Beaucoup de grands auteurs, inspirés par ce format, commencent par 'inventer' des récits qui sont simplement de nouveaux épisodes de la série de quelqu'un d'autre avant de 'passer' à leurs propres histoires. Par exemple, Sartre, moi, et E.L. James, l'auteure de Cinquante Nuances de Grey. Des grands auteurs, je vous dis.

Et puis la série répond à sa façon à un besoin dévorant qu'a l'enfant de comprendre dans les moindres détails les mondes fictionnels qui lui sont offerts. Un besoin qui persiste, d'ailleurs, chez les fans adultes de littérature de genre. L'enfant-lecteur semble vouloir connaître avec précision les univers dans lesquels il se plonge, d'en comprendre les rouages, il veut des cartes, des descriptions de personnages, des 'biographies' en bonus - toujours plus.

Cette soif de détail, d'exploration, elle est très visible dans la capacité apparemment infinie qu'ont les enfants à relire et rerelire et rererelire les mêmes livres. Je me souviens de l'exaspération de ma mère - "Mais combien de fois tu l'as lu, celui-là?". C'est une pulsion qui je pense n'a rien de problématique, bien au contraire: à mon avis, elle exprime la curiosité somme toute assez saine qu'a l'enfant d'aller au fond des choses, de 'quadriller' entièrement le monde pour mieux le comprendre.

la mienne! ben oui hein
Car les enfants font ça à longueur de journée - essayer de comprendre comment leur monde fonctionne, quels en sont les paramètres, c'est un réflexe, un besoin. La série, je pense, propose, comme la relecture, un moyen de saisir un monde de manière aussi exhaustive que possible.

Et de s'y perdre, peut-être, mais d'y trouver aussi au passage une méthodologie inconsciente et très sophistiquée de décodage des personnages, du style, des intrigues, de la fiction, en somme. Une sophistication qui ressortira peut-être quarante ans plus tard en Nausée, en Sesame Seade, ou en Cinquante Nuances de Grey.

Bon, vous aurez compris que c'est un sujet qui me passionne, donc j'arrête là sinon on n'est pas couchés. Et comme je suis sûre qu'il y a des lecteurs/trices et auteur/es de série parmi ceux et celles qui sont arrivé/es au bout de ce billet, dites-moi donc en commentaire - qu'est-ce que vous aimez particulièrement dans les séries? Lesquelles sont vos préférées? Qu'est-ce qui vous attire dans la lecture ou l'écriture ce type de littérature? Dites-moi donc, ça m'intéresse.

On reprend vendredi avec un T comme Temporalité!

12 commentaires:

  1. Encore une fois intéressant ...
    Alors j'ai adoré lire des séries étant petites (La petite maison dans la prairie, ben quoi ?), et puis encore devenue adulte (les chroniques de San Francisco, la série des Malaussène de Pennac..., en BD aussi, Larcenet, ...). Et puis j'adore en écrire aussi. Pour les mêmes raisons, retrouver les personnages, les voir/faire évoluer, j'aime la contrainte qui consiste à garder la même toile de fond tout en veillant à ne pas se répéter. J'adore entrer dans la voix d'un personnage auquel je me suis attachée et lui inventer d'autres aventures, des blagues bien à lui, des histoires qui lui ressemblent, un ton. J'en aurai 6 cette année et je m'amuse vraiment (toutes très différentes, albums pour tout-petits, romans, polar...).
    Encore merci pour le temps que tu prends à rendre si limpides les concepts les plus ardus, si drôles les sujets les moins glamour...
    Tu es vraiment pédagogue, pour une fille toute jeune ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah oui Pennac moi aussi je les lisais non-stop! génial!

      tain 6 séries... t'es dingue toi <3

      Supprimer
  2. Article très intéressant comme d'habitude, merci ! Je fais partie de la génération nourrie à Fantômette et au Club des cinq, donc oui la série est effectivement riche de découverte, d'observation, de re-découvertes et de compréhension plus fournie, plus fine. Après il y a toujours du bon, de l'excellent et du moins bon. Tant que les enfants lisent, du moins entrent avec plaisir dans la lecture, pour moi il n'y a pas de sous-genre. Au contraire. Si la série permet le plaisir, l'éveil de l'imaginaire, le rdv quotidien avec les livres, alors vive la série !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. moi par contre j'ai toujours détesté Blyton...!

      Supprimer
  3. quid? point de moumines a l'horizon? ben alors?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah pas du tout pour moi non! :) je n'avais jamais rencontré ces livres étant enfant

      Supprimer
  4. les séries? lu et relu Alice détective, Fantômette, Astérix, le Club des fortiches 5,etc.
    Mais maintenant que je suis vieille je décroche quasi toujours au tome 2! Harry je me suis arrêtée au 4 et j'ai lu les derniers tomes l'année dernière. Lorsque je les ai lus je me suis souvenue du bon vieux temps, du manque ressenti lorsque j'ai fermé les tomes 1,2 et 3 et du désespoir de retourner à ma vie de khâgneuse.En fait Harry me faisait sortir de ma vie scolaire. Bref, c'est l'évasion procurée par la série qui me plaisait(et sûrement aussi parce que j'y voyais des similitudes ^^)Et puis, zou quand le tome 4 est sorti, j'en pouvais plus.
    Lorsque je commence une série, je me lasse très rapidement maintenant (sauf récemment avec une série chez Milan parce que les personnages sont top!). J'avoue mettre traînée pour lire le tome 3 de Hunger Games. Même pas capable de finir le tome 2 des vampires marmoréens (en fait de dépasser les 20 premières pages), etc. Et c'est la même chose avec les séries tv!! Sauf Sherlock...
    Allez, je me freudise moi-même: en analysant tout ça, les seules séries que je poursuis sont celles où les personnages sont très forts, où ils ont toute une personnalité et où la "scénarisation" a du punch.

    D'un point de vue éditorial par contre: j'en peux plus de voir fleurir des séries avec des couv minables, des c4 minables et zéro travail éditorial. Bcp d'éditeurs publient parce que la série ça fait vendre et s'en balancent du contenu!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mais donc Hunger Games et Harry Potter c'est pas vraiment le même genre de séries - ce sont des bouquins interdépendants (pas épisodiques). Quant aux vampires marmoréens... lol :D

      et oui, c'est vrai, malheureusement les éditeurs se contentent de très peu. Mais il ne faut pas que ça discrédite tout le genre.

      et AAAH SHERLOCK! je savais pas que j'étais en compagnie d'une autre fan... ;)

      Supprimer
  5. ah oui, c'est vrai, j'ai cité des titres de séries qui "se suivent".
    Je suis en déficit d'attention!

    Sherlock c'est à la vie et à la mort!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ILS SONT EN TRAIN DE FILMER LA PROCHAINE SERIE

      ok je pars me calmer

      Supprimer
  6. Je vois qu'on parle peu des romans policiers par ici, et pourtant s'il y a bien un monde où l'ordre est rétabli, où le détective ne se trompe jamais (ou bien se trompe mais ne le sait pas, d'après Pierre Bayard, qui réécrit le Chien des Baskerville et Le Meurtre de Roger Ackroyd, c'est génial ses livres - je ferme la parenthèse groupie) c'est bien dans les enquêtes policières. Mais je reconnais qu'on retrouve les mêmes ficelles dans de nombreuses séries pour enfants et dans les bds...et puisqu'on parle de Sherlock dans les commentaires, je suis comblée (je suis aussi très fan...bon j'arrête).
    Je me retrouve complètement dans l'idée que l'enfant veut aller au fond des choses en replongeant dans les mêmes livres : combien de fois j'ai cherché à reconstituer le plan du village d'Astérix,le château de Moulinsart ou le manoir des Halliwell dans Charmed (oui j'avoue)...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui c'est vrai! mais j'ai du mal à penser à une série policière que j'aimais vraiment étant petite. Ah peut-être les Marion Duval d'Yvan Pommaux!

      Supprimer