mercredi 16 mai 2018

Plongez dans Swimming Pool... oui je sais c'était un peu facile

Je te néglige, adorable lectorat de blog, et j'en suis honteuzéconfuse. Mais j'ai des nouvelles là aujourd'hui:

(t'as vu pour fêter ça je repeins mes lettres en bleu)



Il est sorti!

Je croyais qu'il sortait aujourd'hui et en fait c'est déjà HIER que la grande et forte Kasienka a plongé dans les rayons des librairies... Chères lectrices, chers lecteurs qui avez adoré Inséparables, je vous invite vraiment à découvrir Swimming Pool, le nouveau (mais chronologiquement plus ancien) roman en vers de Sarah Crossan, que j'ai eu le bonheur de traduire pour Rageot Editeur. La magnifique couv est de Hello Marine.

C'est une vraie histoire d'Angleterre, de la vraie Angleterre, pas celle que vous fantasmez en regardant Downtown Abbey ou Coup de Foudre à Notting Hill: celle des villes ni moches ni belles, avec des gens qui se retrouvent à vivre là on ne sait pas trop comment, avec des ronds-points, des bus aux vitres maculées de sauce tomate, des magasins à un pound, des maisons toutes pareilles où habitent des familles recomposées, des ados qui s'embrassent dans un coin de parc avec leur chemise d'uniforme du lycée froissée à moitié sortie du pantalon.

C'est l'histoire de Kasienka qui débarque à Coventry, tout juste arrivée de Pologne, pour retrouver son père qui est quelque part par là. Sa mère est convaincue qu'elle le retrouvera, et qu'ils repartiront pour Gdansk pour être à nouveau une famille. Kasienka est moins optimiste. Mais elle va découvrir le collège anglais - et les persiflages des nymphettes environnantes - la langue anglaise, un Anglais, une sorte-de-famille, un voisin qui met de la lumière dans tous ses sourires, et surtout la natation.

C'était le tout premier roman en vers que j'aie lu et il m'a beaucoup marqué. C'est vraiment émouvant aujourd'hui d'avoir pu le traduire. Je lui souhaite d'aller aussi swimmingly que possible, sous un umbrella à Coventry ou ailleurs, dans un jardin (anglais), sur un rivage (de la Manche)... Et si vous avez de l'eau dans les yeux, c'est qu'il vous pleut sur le visage.


vendredi 23 février 2018

Ameline, joueuse de flûte

Mon dernier bébé est arrivé! Il est en librairie depuis deux petites semaines déjà, et je viens de le recevoir chez moi....

Sa grande soeur était là pour l'accueillir:


Ameline, Joueuse de flûte (c'est son nom) est une réécriture - ou plutôt une suite - du fameux conte du Joueur de Flûte de Hamelin. C'est illustré, comme La louve, par le merveilleux Antoine Déprez, et je suis ravie de voir enfin l'objet final après deux ans d'écriture et d'illustrations...



La petite Ameline aime écouter les contes terrifiants que lui raconte son grand-père - en particulier une certaine histoire de flûtiste, de rats et de peste. Mais son grand-père meurt, et elle est envoyée vivre dans un hameau silencieux et tranquille, rempli de chats, où sa famille adoptive - qui la bourre de délicieux gâteaux - semble ignorer complètement l'existence dans le village de toute une cohorte d'enfants, avec qui Ameline joue pourtant tous les jours... 

Vous pouvez en feuilleter des extraits ici. C'est une histoire aux pieds mouillés, près d'une rivière, dans des teintes gris-vert, alors je suis allée prendre des photos près de ma propre rivière (la Ouse!) pour célébrer ça:



Et voici quelques-unes de mes planches préférées...




Je vous laisse découvrir cette nouvelle histoire, qui aura, je l'espère, le même effet que La louve sur ses lecteurs et lectrices. C'est aux éditions Alice, et comme toujours, si ce n'est pas dans votre librairie du coin, il faut le commander. Au libraire!

Plein de bises mouillées depuis ma rivière...

jeudi 25 janvier 2018

Venez faire un doctorat avec moi!

Dear readers,

Certain.es parmi vous sont sans doute universitaires dans le fin fond de leur soul et il n'est pas impossible que vous envisagiez un petit doctorat dans des temps pas trop éloignés.

Si c'est le cas, et que de plus l'idée de travailler avec moi vous intéresserait, alors je vous en conjure, envisagez de me proposer un projet de recherche. York vient de publiciser toute une liste de sujets de recherche ici. Il y a 3 bourses d'études a la clef cette année - ce sera compétitif, évidemment, mais pas impossible d'en décrocher une.

L'un des projets est le mien: British children’s engagement with literary translation: Contemporary challenges and practices. (cliquez pour ouvrir)

Si la perspective vous intéresse, et que vous remplissez les conditions détaillées ici, candidatez, candidatez donc! 

Vous me rejoindriez dans le chouettissime Department of Education de ma super fac, dans l'une des plus belles villes d'Angleterre.



La deadline est le 1er mars. Ecrivez-moi si vous voulez plus de détails: clementine.beauvais@york.ac.uk.

Une précision au cazou: évidemment, il faut que ce soit en anglais.

Abonentendeur...


mardi 9 janvier 2018

Winner incontesté toutes catégories confondues du spoiler

Salut vous et bonne année !

J'ai un cadeau. Vous vous souvenez de mon petit billet 100% jurons et juste colère sur les éditeurs de classiques qui nous spoilent l'intrigue sur la 4e de couv ou dans les notes de bas de page ? C'était , allez lire si tu t'en souviens pas.

En ce beau début d'année 2018 je suis heureuse de vous annoncer que j'ai trouvé le champion du monde du spoiler d'intrigue en 4e de couv mais alors tellement que c'est la crème de la crème du divulgâchis parmentier à la sauce Nantua-pas-fait-ça-quand-même-mais-si-faut-croire-que si.

NB: si vous me suivez sur Instagram, vous risquez de voir la couv de ce livre, donc vous saurez lequel c'est; continuez à vos risques et périls.

Mesdames et messieurs, sous vos yeux éplapourdis:

Vraiment il va falloir qu'on me rassure parce que je crois qu'on est en présence d'un esprit d'une rare malveillance et je m'inquiète de la possibilité qu'il soit en ce moment même en liberté dans la nature, parcourant les rayons de l'écume des pages l'air normal, enfin normal bourge façon je suis éditeur de classiques mais j'ai goûts simples quant aux inutiles petits foulards en soie que je porte sous le col de ma chemise, et donc que cette homme là soit libre de ses mouvements, entre les épais tomes dégoulinant d'intrigues, attendant que quelqu'un près de lui se mette à feuilleter un bouquin qu'il a lu pour pouvoir impromptument hurler L'HÉROÏNE MEURT À LA FIN !!! ou C'EST LE MEILLEUR AMI DE LA VICTIME QUI A FAIT LE COUP !!!

Et se réjouir du désespoir de l'infortuné qui avait osé vouloir lire un livre un peu aussi pour l'intrigue, l'intrigue, ah l'intrigue, cet atroce hameçon à lecteurs arriérés.

Bon.

Rant over, my darlings.

Back to the books.