vendredi 15 septembre 2017

Zézette épouse X

Selon des estimations TNS-Sofres, voici le top 3 des choses préférées des Français.es:

- la lecture
- le sexe
- Séverine Vidal, Manu Causse, Benoît Broyart, Gilles Abier, Sandrine Beau, Rachel Corenblit, Cécile Chartes, Antoine Dole, Chrystome Gourio, Driss Lange, Hélène Rice, Emmanuelle Urien, Taï-Marc Le Thanh, Axl Cendres, Arnaud Tiercelin, et moi.

Et ça tombe vraiment vachement bien, parce qu'une combination de ces choses-là sera disponible en librairie la semaine prochaine!

Introducing... (#célecadeledire)


Oui je sais c'est des nouvelles. Les nouvelles, ce truc invendable! Ce truc que personne n'aime! Mais attention poulet: c'est des nouvelles sur un thème très très particulier.

La Toute Première Fois! (toutoutepremièrefois essaie de désentendre cette chanson maintenant bon courage).

C'est Manu et Séverine qui ont eu l'idée: va voir le blog de Manu ici, qui explique. Ensuite reviens s'il te plaît, j'ai pas fini.

Merci rebonjour. Je peux donc vous dire qu'on a eu bien des fou-rires par email avec les 16 concerné.es, au cours de cette année où on a écrit nos nouvelles. Il paraît que certain.es ont fait des ateliers pratiques mais je ne peux ni infirmer ni confirmer cette rumeur.

il ne faut pas gossiper sur les gens et d'ailleurs Sandrine Beau a le droit d'écrire des livres au titre qu'elle veut ça ne veut pas forcément dire quoi que ce soit
C'est donc le 21 septembre que ce texte équivoque et multivoque, 16 nuances de première fois, sortira aux éditions Eyrolles.

Et pour célébrer cette nouvelle pleine de nouvelles, je me mets à nu aujourd'hui devant vous pour vous parler de ma propre expérience personnelle de ma Toute Première Fois et de mes Tous Premiers Emois.

De lectrice, s'entend. Ben oui. T'as cru qu'ici c'est Confessions Intimes? C'est un blog sérieux figurez-toi.

n'insiste pas, beau brun, je n'ai bu qu'une tisane
Donc laissez-moi un peu vous parler de la Toute Première Fois où j'ai deviendu toute rouge en lisant un livre...

Déjà je dois préciser que chez moi, quand j'étais petite, ce n'était pas exactement l'ambiance 'scotcher ensemble toutes les pages du dictionnaire entre 'Anal' et 'Zigounette'.' Mes parents se contrefichaient tellement que je tombe sur des Trucs Adultes qu'ils avaient dans les toilettes un énorme bouquin de blagues, parfaitement épouvantables, de Mina et André Guillois, que je lisais et répétais à tout un chacun en rigolant comme une baleine.

madeleine de Proust de ouf

Rétrospectivement, c'était absolument choquant et tout à fait inapproprié, et je peux vous dire que mes enfants à moi ne seront jamais autorisé.es à pénétrer dans les toilettes de mes parents. ('Mais pourquoi on doit faire pipi dans les plantes de Mamie?' 'Parce que.')

Ah oui, et mon père laissait traîner tous ses Largo Winch, ses XIII, ses Jessica Blandy, etc. Je m'arrête là sinon la DDASS va venir nous chercher ce weekend. Mais donc autant vous dire qu'à l'âge de quelques années, j'étais tout à fait au courant de quel organe allait où et dans quel but, et je trouvais ça alternativement hilarant (blagues de Mina et André Guillois) et boring-boring-BORING (sauter les pages dans Largo Winch pour arriver à l'ACTION paske ràf des nibards de l'autre blondasse!).

Et comme tout cela avait lieu dans le joyeux contexte des années 90, mes parents, comme nombre de leurs congénérationatriotes, ont eu à répondre à l'inévitable question de leur délicieuse enfant:

"Sa veux dire quoi Monikalévinski a fais une félassion à Bilklintonne?'

Je m'en rappelle très bien. L'explication était claire, et je trouvai la chose un peu trop dégueulasse, mais avec cette sorte de fascination qu'on a pour les autres enfants qui mangent les crottes d'oreille alors que, comme chacun sait, c'est super amer.

Bref, il m'a fallu attendre un âge beaucoup moins tendre pour ressentir pour la première fois de vraies émotions plus complexes à la lecture de textes faisant allusion au sexe. Ado, j'étais hyper complexée et très prude, donc je ne lisais pas de trucs franchement outrageants. Et je me souviens tout à fait du premier livre qui m'a fait transpirer dans le CDI. Il s'agissait, figurez-vous, de la série des Nils Hazard, de Marie-Aude Murail.

Rien que la couv est phallique. Enfin, pour l'edl.
A l'époque, j'allais au CDI du collège Montaigne tous les jours en heures de permanence et endossais le brave rôle d'Aspirateur à Ecole des Loisirs. Il s'agissait de dévorer de manière systématique et linéaire tous les livres ado de la légendaire collection, gentiment alignés sur l'étagère tout près de l'entrée, je me souviens.

Et donc, je devais être en sixième ou en cinquième, j'ai lu la série des Nils Hazard, qui est non seulement parfaitement géniale mais tout à fait érotique, pour une raison très précise: le héros (Nils, donc) et l'héroïne, Catherine, se vouvoyaient. 

Il en fallait peu pour déchaîner mon imaginaire, je sais. Mais c'était une relation absolument incandescente. Je ne crois pas qu'il y ait eu quoi que ce soit de décrit dans les livres, pourtant je me rappelle à peu près deux mille six cents heures en HD panoramique Dolby Surround Sound de leurs ébats sexuels, que j'avais sagement inventés dans ma petite tête.

Ils se vouvoyaient! C'est fou!

En plus le mec était étruscologue et elle, étudiante. Je pense que j'avais déjà une machinerie imaginative très développée pour l'éroticisation des couples universitaires.

Voilà donc l'histoire de mes premiers émois de lectrice. Je passe le reste sous silence, parce que quand même.

Allez, en prime, et pour terminer, je vous offre mon avis sur la description de sexe la plus magnifique dans la littérature jeunesse contemporaine. Il s'agit du Copain de la fille du tueur, de Vincent Villeminot. 


Il faut dire que le bonhomme connaît son Cantique des Cantiques. Je vous laisse découvrir ça.

Rendez-vous donc le 21 en librairie. Ma nouvelle à moi s'appelle 'Nouvelle Notification', et les 15 autres nouvelles, toutes plus déjantées, shocking, tragiques, drôles, tristes, belles, dans toutes les positions, sous toutes les coutures, montrent toutes les nuances de cette fameuse première fois.

Je précise que c'est pour les grands ados, hein. Pas les petits. Les petits ados ils peuvent lire Nils Hazard, d'ailleurs ça restera toujours mille fois plus hot. Insurpassable. 

17 commentaires:

  1. Tu es géniale !
    Allez Confession intime épisode 2 : pour ma part c'était Star-crossed lovers de Mikaël Ollivier !

    RépondreSupprimer
  2. Yes!!! J'aurais dû poser cette question, ce serait marrant de savoir... D'autres confessions, visiteurs?

    RépondreSupprimer
  3. Bah moi, c'était Fantômette. Voilà, je ne rentrerai pas dans les détails. :D

    Et sinon, j'ai bien ri en lisant cet article !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais j'ai FAILLI mettre Fantômette et oeil de lynx!!! Mais là quand même on était dans le domaine total de l'hypothèse, et plus romantique qu'autre chose.

      Supprimer
    2. En fait je pensais plutôt aux multiples illustrations où elle est ligotée et étrangement souriante haha. :D (moins romantique qu'une potentielle liaison avec oeil de Lynx du coup)

      D'ailleurs à priori je ne suis pas la seule à y avoir pensé, il y a un paquet d'infos là-dessus sur Internet. :D

      Supprimer
  4. Mon premier coup de chaud, disons sextuel, je pense que c'est en lisant un Jean Bruce subtilisé à mon grand frère. Peu importe le titre, "l'ingrédient" était toujours le même. Jean Bruce qui fut, je le rappelle pour les moins de vingt ans, le père d'OSS 117, le vrai Hubert Bonnisseur de La Bath, le dur (pas le rigolo Dujardin).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Héhé, et de nos jours Dujardin a dû faire la même chose à tout un tas de jeunes filles

      Supprimer
  5. "J'ai hâte de vieillir" de Brigitte Smadja à l'edl aussi en 6e au cdi.
    Et maintenant je suis prof-doc et j'ai bien du mal à me défaire des edl (qui ne vieillissent pas.... Et ne sortent plus des rayons non plus :( ).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nooooonn je ne veux pas le croire!!
      D'ailleurs moi en fait je les empruntais jamais, je les lisais sur place... Si ça se trouve, chez vous aussi... Non? :'-(

      Supprimer
  6. Pas de confession mais un grand bravo!
    Quelle combination : humour, auteurs et nouvelles, vivement le 21Septembre ! Hâte de vous lire ! Merci 😊

    RépondreSupprimer
  7. Incroyables ces parents !! c'est honteux, vraiment ! ;))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est mal! J'espère qu'ils sont conscients des dysfonctionnements qu'ils ont occasionné...

      Supprimer
  8. Ahaha !
    Moi, je vivais entourée de Hara-Kiri (honteux parents, pareil :-D ) Mais ce ne sont pas ces photos d'appareils anatomiques étalés en tous sens qui m'ont donné chaud. Je me rappelle plutôt précisément d'un livre écrit par Howard Buten (que j'aime d'un amour fou !) plein de douceur, d'étrangeté et avec une scène dingue où le tout jeune héros décrivait son premier orgasme. Chaud et beau et brulant.
    Je ne sais pas si tu l'as lu, c'est "Quand j'avais 5 ans, je m'ai tué".

    (et sinon, merci pour la photo, elle me fait rire à chaque fois que je la vois, maintenant !)

    RépondreSupprimer
  9. Nan mais, Clémentine, tu n'es pas bien de terminer sans prévenir, comme ça, par ces lignes, avec ce genre de compliment trop grand (et à propos de ce livre qui peine tellement à trouver ses lecteurs par ailleurs).

    Du coup, j'ai rougi comme un môme de huit ans tombant sur SAS.

    Merci, Clem, vraiment.

    (Sinon, pour les lectures initiatiques, ce sont, en BD, Les Passagers du Vent, et en roman, Les dents de la mer, de P. Benchley)(l'iode, faut croire…)

    RépondreSupprimer
  10. J'ai pas mal cherché avant de répondre : je me souviens très clairement de la première fois d'Hervé Bazin dans Vipère au poing. ça m'avait beaucoup déconcertée...
    Et sinon en marge de ce sujet, l'expérience de nuit de noce littéraire la plus traumatisante est certainement celle de Jeanne dans Une vie de Guy de Maupassant

    RépondreSupprimer